Durée de la Journée
Mondiale de la Jeunesse


La rencontre dure quelques jours. Dans l’actualité, la JMJ a deux parties : la première, des Jours au Diocèse, les jeunes vont aux différentes régions du pays ; et pour la JMJ 2019, il est prévu pour les jeunes de visiter d’autres pays de l’Amérique Centrale. Pendant les jours avant la JMJ, les pèlerins vivent ensemble avec les familles d’accueil, et ils approfondissent leur foi à travers des diverses activités réalisés par les communautés de partage. La deuxième partie, les Actions Centrales, sont les activités déroulées dans la ville principale, comprenant la Fête de la Jeunesse, des activités de catéchèse, de la musique, des expressions artistiques et des rencontres spirituels avec le Saint-Père.

Participation du clergé


Beaucoup d’évêques, de prêtres, de religieux et de personnes consacrées, autant que des novices et aussi des professeurs laïcs participent aux rencontres auprès des jeunes, pour créer et renforcer les liens et les relations entre les consacrées et les laïcs de l’Église.

Le début


La JMJ a été établie le 20 décembre 1985, autour des fêtes de Noël, quand le Pape Jean Paul II a communiqué, aux Cardinaux et aux employés de la Curie Romaine, son désir d’organiser une JMJ toutes les années aux Dimanche des Rameaux dans le diocèse de Rome, ainsi que les trois ans comme une rencontre internationalle dans un pays différent, fixé par lui-même.
  • 2016 – POLOGNE, CRACOVIE – FRANÇOIS

    Autant que ses prédécesseurs -Saint Jean Paul II et le Pape émérite Benoit XVI-, le Pape François, pendant sa première rencontre avec les jeunes de la JMJ, a adressé quelques paroles depuis le balcon du Palais Archiépiscopal de Cracovie. Pendant son parcours au long des rues polonaises, à bord de sa voiture, le Pape François a été accompagné par une belle rose, comme par la Vierge de la Médaille Miraculeuse.
  • 2013 – BRÉSIL, RIO DE JANEIRO – FRANÇOIS

    La conscience écologique des pèlerins de la JMJ a beaucoup surpris les personnes des services de nettoyage de la ville de Rio de Janeiro. Au lieu de trouver les déchets dispersés sur toute la plage (comme d’habitude à la fin des rencontres massifs), les employés de Comlurb ont trouvé les déchets organisés, emballés dans des sacs de plastique, et ramassés dans les lieus prévus.
  • 2011 – MADRID, ESPAGNE – BENOÎT XVI

    A la fin de la JMJ, il a été organisé une rencontre vocationnelle du Chemin Néocatéchuménal, dont 200 mille personnes ont participé. Pendant la rencontre, Kiko Argüello s’est adressé aux jeunes comme ça : « Si un(e) de ces frères ou sœurs sent maintenant l’appelle du Seigneur pour donner sa vie au Christ, il (elle) doit se lever ! ». Presque 5 mille garçons et 3 mille filles se sont levés ce jour-là, et ils sont allés près des Evêques pour recevoir leur bénédiction, afin de commencer leur voie de formation vocationnelle.
  • 2008 – SIDNEY, AUSTRALIE – BENOÎT XVI

    La JMJ à Sidney a été la première rencontre ‘bien moderne’ des jeunes, avec des moyens de communication contemporains, comme les channels Youtube et Facebook.
  • 2005 – COLOGNE, ALLEMAGNE – BENOÎT XVI

    Il a été écrit un hymne, spécialement pour la visite du Pape en Allemagne, intitulé Jesus Christ You Are My Life (Jésus Christ, Tu es ma vie). Il a gagné une telle popularité, qu’il est vite devenu l’hymne extra-official des rencontres de la JMJ.
  • 2002 – TORONTO, CANADA - JEAN-PAUL II

    En février 2002, la Croix des JMJ a été mis dans la Zone Zéro, sur les ruines du World Trade Center, à New York.
  • 2000 – ROME, ITALIE – JEAN-PAUL II

    Pour célébrer le Sacrement de la Réconciliation, 300 confessionnaux ont été mis près du Cirque Massimo, où 2 mille prêtres ont fait le service de la confession chaque jour, pendant toute la rencontre.
  • 1997 – PARIS, FRANCE – JEAN-PAUL II

    Pendant la rencontre du Pape avec les jeunes à Paris, en 1997, plus d’un demi-million de jeunes, la main dans la main, ont fait une « chaîne de fraternité », pour entourer la capitale du pays.
  • 1995 – MANILLE, PHILIPPINES – JEAN-PAUL II

    La rencontre des jeunes avec le Pape à Manille, en 1995, a été inscrit sur le livre du « Guiness Records », comme la rencontre plus grande de l’histoire.
  • 1993 – DENVER, ÉTATS-UNIS – JEAN-PAUL II

    Il a été à Denver ou on a célébré, pour la première fois, le Via Crucis au long de la ville : une nouvelle tradition des JMJ.
  • 1991 – CZESTOCHOWA, POLOGNE – JEAN-PAUL II

    L’hymne intitulé « ABBA ojcze » a été un de chants préférés de Jean-Paul II. Jusqu’aujourd’hui, aucun hymne a gagné si tant de popularité comme ce chant qui a unis des chrétiens pendant plusieurs rencontres avec le Saint-Père au monde entier, ou il a été si tant de fois chanté aux différents pèlerinages.
  • 1989 – SANTIAGO DE COMPOSTELA, ESPAGNE – JEAN-PAUL II

    Les pèlerins à Santiago de Compostela ont prié pour la paix, en confessant que Jésus le Christ est « le chemin, la vérité et la vie » (Jn. 14, 6). Telle prière a eu du succès : deux mois après, il a été la chute du Mur de Berlin, et la suivante JMJ s’est déroulée, en 1991, dans une Pologne totalement libre !
  • 1987 - BUENOS AIRES, ARGENTINE - JEAN-PAUL II

    Jean-Paul II a souligné que les jeunes sont les protagonistes d'un double espoir pour votre jeunesse, espoir de l'Eglise; et étant d'Amérique latine, le continent de l'espoir.
  • 1985 - ROME, ITALIE - JEAN-PAUL II

    De l'avis de beaucoup, est la plus Jmj belle invention du pape Jean-Paul II. Mais il a affirmé que « eux-mêmes il y a des jeunes qui a inventé le Jmj »